Sélectionner une page

Napoleons : la promesse d’un tiers lieu, le permis d’un hôtel-restaurant ?

Napoleons : la promesse d’un tiers lieu, le permis d’un hôtel-restaurant ?

Les Napoleons, un organisateur de sommets de la communication, prévoit de s’offrir une implantation à Arles. La SAS Momentum a donc acheté un bâtiment à la mairie et déposé un permis de construire. Mais après avoir annoncé un lieu dédié à l’innovation, le permis de construire affiche un lieu d’abord destiné à l’hôtellerie-restauration.

En septembre 2018, la délibération de la vente de l’ancienne école Portagnel aux Napoleons, pour 400 000 euros les plus de 1000 m² – prix en dessous de celui fixé par France Domaine – promettait que l’ensemble immobilier serait affecté à des activités culturelles et créatives « à l’exclusion formelle de la réalisation de logements ou d’infrastructures hôtelières ». La ville d’Arles vendait, mais sous condition légale avec une « servitude d’usage » : « le bien serait désormais affecté à des activités d’intérêt général ». Mais dès mars 2019, la majorité Schiavetti revenait sur la délibération pour préciser que « en cas de création de logements, ceux-ci devront être considérés comme accessoires à l’activité principale poursuivie dans cet ensemble immobilier. Cette servitude temporelle de sept ans prendra effet lors la signature de l’acte authentique » A l’été 2019, pendant la présentation publique du projet, il s’agissait encore d’un lieu, d’un tiers-lieu dédié à l’apprentissage et à l’innovation. Et à « l’innovation sociale », selon les mots de Mondher Abdennadher, le co-fondateur des Napoleons. Lire à ce sujet l’article d’Arles Info sur « la Villa Napoleons ».

C’est au permis de construire qu’on voit les bons communicants Aujourd’hui, le permis de construire révèle une toute autre réalité (page 95,96,97). Sur le panneau affiché dans la rue Tardieu, le permis est intitulé : transformation de l’ensemble immobilier en une « galerie, un restaurant, une salle de séminaire, des ateliers et des chambres hôtelières ». A part une salle modulable à l’entrée de 134m², une galerie de 48m² et deux ateliers respectivement de 32 et 54m² (268m² au total) , la totalité du bâtiment est réservé à des activités d’hôtellerie-restauration. Tout y est, la réception, les locaux techniques, le stockage pour la cuisine. Sur les 1199 m² de surface de plancher, les Napoleons ont réussi à caser 19 chambres (443m²) et 76 couverts pour leur restaurant.

Page 96 du permis de construire, un étage rempli de chambre, comme la plupart des espaces de l’ancienne école Portagnel.

Accessoire à l’activité principale ? La question que pose la délibération reste entière. Quelle est structurellement, l’activité principale poursuivie dans cet ensemble immobilier ? L’acte authentique de vente, document chez le notaire entre la mairie et la SAS, a t-il été signé ? La condition limitative des logements « comme accessoires à l’activité principale » est-elle respectée ? La nouvelle mandature a accordé ce permis de construire le 21 mai 2021. Le 6 juillet, elle faisait voter une délibération précisant le nom du bénéficiaire de la vente : la S.A.S Momentum représenté par Olivier Moulierac. Le 21 juillet, sur la place de la République pour l’opening des Napoleons, sur scène aux côtés Mondher Abdennadher et Olivier Moulierac , Patrick de Carolis affichait en public sa proximité avec les organisateurs. « Vous nous avez manqué l’année dernière. On vous a désiré,  j’ai essayé de vous croiser à Roland Garros » contextualisait-il. Avant de conclure : « On se retrouve ce soir pour le dîner », riait le nouveau maire d’Arles. En page d’accueil sur leur site, les Napoleons annoncent leur sommet d’hiver à Val-d’Isère et promettent en anglais : « great people, great moments, great places ». L’été dernier, l’édition arlésienne avait comme sujet : « Pleasures ». Arles est là, au milieu de ce machin. Les promesses et les conditions inscrites sur la délibération municipale pour la vente de l’ancienne école Portagnel sont-elles respectées ?

Eric Besatti

 

Précédemment

Les Napoleons à la conquête de Voltaire