Sélectionner une page

Les néo-fascistes arlésiens, suite

Les néo-fascistes arlésiens, suite

Dans l’Arlésienne n°19 actuellement en kiosque, vous pouvez lire l’enquête sur le groupuscule néo-fasciste Arlé qui essaye de s’implanter dans la ville, aidés par les Aixois de Tenesoun.

Au moins un membre du groupe Arlé, dénommé C., a participé à la manifestation du mouvement néo-fasciste Collectif du 9 mai qui s’est tenue le 11 mai à Paris. Vêtu de noir, il portait un drapeau arborant une croix celtique symbole utilisé par les néonazis. La manifestation était organisée pour commémorer la mort de Sébastien Deyzieu, jeune militant de l’Oeuvre française, mouvement pétainiste et antisémite. 600 manifestants étaient présents et scandaient pour l’occasion des slogans appelant à la révolution (nationalisme avec une idéologie révolutionnaire : c’est la définition du fascisme, ndlr), tout y était et même des saluts nazis, rapporte France Info.

Tout autre ambiance le 13 mai, cette fois-ci à Arles, place de la République, une membre du groupe Arlé était en train de coller des affiches pour promouvoir la kermesse de la paroisse catholique d’Arles qui s’est tenue le 25 mai au Carmel. L’occasion de rappeler la bonne parole de Don Jean Yves, curé archiprêtre de la paroisse d’Arles dans l’Arlésienne n°19 – printemps 2024 : « C’est couillon, ils sont hors sujet, ma paroisse, elle est multicolore. Et les jeunes de l’aumônerie qui fréquentent les cercles identitaires entendent un autre discours dans l’Église que ce genre de propos scandaleux », réagissait-il aux tags racistes présents dans la ville depuis un peu plus d’un an.

 

Enfin, un collectif de militants antifascistes arlésien a publié un tract d’information distribué sur le marché le 4 mai. Selon le tract intitulé « reconnaître l’extrême-droite et les fascistes à Arles », les « élus RN locaux » se serviraient des groupuscules pour « recruter ». Une affirmation dans le tract qui n’a pas plu au député Emmanuel Taché de la Pagerie, tout colère, qui souhaitait porter plainte pour diffamation lorsqu’il a découvert le tract.

Pour l’amour de leur prochain prions pour les âmes de nos néofachos locaux !

 

Eric Besatti

L'Arlésienne : gazette – gazette – anisette

Nos ventes sont une belle part de notre chiffre d’affaires, mais ça ne suffit pas. Sans financement des collectivités territoriales, sans publicité, l’Arlésienne a besoin de vous. Pour l’existence du journal : les dons sont essentiels. Et pour avoir de la visibilité et prévoir nos enquêtes en fonction des moyens disponibles, le don mensuel, fidèle et ancré, reste la panacée de l’Hauture, la quintessence de la Camargue, le cœur de l’artichaut.

Lettres d’infos


Appel aux dons

Catalogue