Sélectionner une page

Une manifestation contre les nouvelles barrières des Salins du Midi

Une manifestation contre les nouvelles barrières des Salins du Midi

C’est la lutte des classes pour l’accès à la plage à Salin-de-Giraud. Nous avons raconté l’enjeu en octobre dernier dans l’article Salin-de-Giraud : le propriétaire des Salins restreint l’accès des villageois aux plages. Mais depuis, la situation s’est envenimée. Dans une lettre datée du 11 mars, le propriétaire des Salins du Midi a instauré des règles draconiennes pour l’accès à la plage. En réponse symbolique, le 20 mars, les Saliniers ont organisé une manifestation. Devant l’impossible dialogue avec le propriétaire Hubert François les Saliniers pensent de plus en plus à se battre en justice.

Le propriétaire des lieux, Hubert François a fait mettre en place un nouveau règlement intérieur pour l’accès des habitants à la mer. Les terrains du Salins du Midi, son entreprise, sont la seule voie d’accès à certaines plages que les Saliniers fréquentent depuis toujours. Pour réguler les flux, l’entreprise a mis une barrière à l’entrée de sa propriété et historiquement les Saliniers avaient le droit de passage pour accéder aux plages. Dans la fameuse lettre su 11 mars qui a mis le feu aux poudres, la direction restreint l’accès à 10 passages de la barrière pendant les mois de juillet et d’août et maximum une fois par jour. Un « crachat à la gueule », selon les Saliniers qui manifestaient en nombre le 20 mars dernier. Les manifestants ne comprenaient pas non plus de quel droit le propriétaire s’appropriait le droit de proposer une plage privée à des touristes. Plages dont il contrôle l’accès, certes, mais dont il n’a aucune concession délivrée par la préfecture pour les privatiser. A côté de la barrière d’entrée, Salins du Midi propose une « plage privée » pour « 34 € par jour ».

Panneau et construction sans autorisations ?
Pourtant, au début du mois de mars, sans autorisation des cabanes en bois commençaient à être installées sur la plage de la Courbe. Des Saliniers ont pris des photos pour preuves. Comme si la privatisation de la plage était déjà actée. De même, à l’entrée du village, un panneau faisant la promotion des Salins avait été installé sans aucune autorisation ni déclaration à la mairie d’Arles. Selon les manifestants, Eva Cardini, l’adjointe de la ville d’Arles adjointe à Salin-de-Giraud serait intervenue pour faire enlever les installations.

Le panneau a été installé autour du 7 mars par les Salins du Midi sans aucune autorisation. La mairie l’aurait fait enlever très rapidement. Photos envoyés par des témoins.

 

Photo prise par un Salinier sur la plage de la Courbe où les équipes des Salins du Midi étaient en train d’installer – sans autorisation – une cabane bois.

L’élue à Salin-de-Giraud nous a répondu « je n’ai pas le droit de vous répondre », obéissant aux ordres de Patrick de Carolis qui interdit aux élus de sa majorité de parler à l’Arlésienne. En campagne, Patrick de Carolis avait promis de soutenir les Saliniers dans leur droit de passage. Il avait annoncé qu’il avait des leviers de négociation avec le propriétaire pour qu’il obtempère et laisse passer les Saliniers jusqu’à la plage (lire notre article précédent).

Aujourd’hui, Hubert François, poursuit sa dynamique de restreindre l’accès des plages aux Saliniers. Coincée dans un compte-rendu d’une réunion du 22 janvier dernier sur les pistes cyclables du département, la confirmation de « l’existence d’un projet hôtelier avec chasse privée sur le site du hameau de Faraman ». Effectivement, Yannick Herviou, le directeur des routes et des ports de l’arrondissement d’Arles au Département des Bouches-du-Rhône a acté le refus de l’entreprise de faire passer une piste cyclable entre le village de Salin et les Saintes qui passerait par Faraman. Ce qui vient confirmer les craintes des habitants : « il veut nous virer pour faire la place pour les touristes », entendait-on dans la manifestation.