Sélectionner une page

Changement de logique à venir au théâtre municipal d’Arles

Changement de logique à venir au théâtre municipal d’Arles

Il va y avoir débat au conseil municipal du 18 décembre. La délibération numéro 10 prépare un véritable changement de logique au théâtre municipal d’Arles. Ce qu’on a compris pour l’instant, c’est que la nouvelle municipalité trouve la programmation actuelle, basée autour d’un projet sur les nouvelles écritures, trop élitiste. Dès juin 2021, le nouveau projet devra « toucher un plus large public ». La mairie souhaite également mettre le nez dans la programmation tout en économisant 200 000 €, soit un tiers de sa contribution actuelle au budget du théâtre (591 269€ en 2019 pour passer à 420 000€ en 2021 avec un retour direct de 20 000€ par an via un loyer que paiera la structure qui sera choisie par la mairie).

De 600 000€ environ, la contribution de la ville va passer à 420 000€ avec 20 000€ de loyer annuel dû par le futur occupant des lieux.

Attention c’est un peu technique. Le théâtre municipal va passer d’une délégation de service public (DSP) à une concession. Ce mode de gestion « permet d’externaliser une activité économique, une activité de service public, sans faire peser le risque financier sur le budget de la collectivité ». Ceux qui seront choisis par la nouvelle municipalité devront « équilibrer [leur] budget et se dégager du bénéfice, ou au contraire assumer une perte ». C’est plus « d’autonomie pour rechercher des partenariats financiers » publics ou privés : « mécénats, organismes professionnels ».

La mairie gardera une forme de « contrôle […] à travers différents mécanismes », notamment « la validation préalable de la programmation » ou « l’autorisation préalable à l’embauche de la directrice ou du directeur ». On prend pas de risque, mais on contrôle…

La question promet des débats idéologiques sur la vision de la culture, le parti pris de la « culture marchande », dénonce déjà l’opposition. Public, affluence, rentabilité économique, soutien à la création seront les enjeux. Le théâtre est aujourd’hui conventionné « scène d’intérêt national – art et création ». Pas de volonté de changement de ce côté. Mais en cas de changement de direction, la convention avec l’Etat doit être renouvelée. Il faut donc que le nouveau projet soit compatible avec le cahier des charges. Le prochain « contrat d’objectif » du théâtre avec l’Etat doit permettre « le conventionnement de son projet artistique autour des nouvelles écritures ». La délégation actuelle se termine le 30 juin 2021. Le nouveau contrat sera conclu pour 6 ans. Nous y reviendrons.

Et aussi :