Sélectionner une page

La queer team annonce la quatrième édition de la Marche des fiertés

La queer team annonce la quatrième édition de la Marche des fiertés

La Marche des fiertés revient pour une quatrième édition, dans un contexte de réponse suite à « l’offensive anti trans » dénoncée le mois dernier au niveau national ainsi que par les organisateurs arlésiens. Ce samedi 8 juin, la Queer team d’Arles donne rendez-vous au kiosque, sur l’esplanade Charles de Gaulle, à 15h, afin de marcher, danser et célébrer la diversité.

Trois ans après la première Marche des fiertés, l’événement promet une nouvelle fois de rassembler de nombreuses personnes de la communauté et « allié.e.s » dans une ambiance festive comme l’annonce le post instagram de la Queerteam. Pour apporter sa contribution à l’organisation de la Marche, un atelier pancarte est prévu ce jeudi 6 juin à 18h à l’Angerie. Cette Marche des fiertés est l’occasion de « célébrer les années de combats de nos adelphes, continuer la lutte pour l’égalité des droits et la justice sociale et pour soutenir les victimes de discrimination et de LGBTphobies », selon l’annonce portée sur les réseaux sociaux.

« C’est la quatrième année que nous organisons cette marche, et nous restons déterminés à investir l’espace public arlésien chaque année afin que nos identités LGBTQIA+ soient toujours plus visibles sur ce territoire », nous confie Hélène, une des représentantes de la Queer team, pour décrire les objectifs de l’organisation. L’organisation n’a cependant pas annoncé de soirée qui suivrait la Marche cette année. « Cette année nous avions une toute petite organisation, l’objectif est de faire en sorte que la marche continue de se passer » explique Hélène. La première Marche des fiertés à Arles a eu lieu le 19 juin 2021. Elle a rassemblé près d’un millier de personnes de tous âges pour danser dans les rues de la ville et représenté une première historique (lire notre article de l’Arlésienne n°15).

 

Contre « l’offensive anti trans »

Les organisateurs arlésiens s’inscrivent dans la droite lignée nationale de la dénonciation de « l’offensive anti trans ». Le mois dernier, une tribune de l’hebdomadaire Politis le 29 avril 2024, a appelé à dénoncer la proposition de loi de sénateurs du parti Les Républicains préconisant l’interdiction de bloqueurs de puberté aux mineurs à qui une « dysphorie de genre » est diagnostiquée. Une proposition qui a alors été qualifiée comme faisant partie d’une « offensive » à l’encontre de la communauté trans.

Cette dernière s’inscrit dans un contexte plus global de division au sein de cette question de la transidentité, notamment suite à la sortie du livre Transmania de Dora Moutut et Marguerite Stern. Des rassemblements appelant 800 collectifs et personnalités ont été observés dimanche 5 mai 2024 dans plusieurs villes de France, totalisant 10 880 manifestants, selon le ministère de l’Intérieur. Samedi, la Marche permettra de mettre en lumière ces enjeux « importants et actuels » décrit Hélène.

Anna Aprin

L'Arlésienne : gazette – gazette – anisette

Nos ventes sont une belle part de notre chiffre d’affaires, mais ça ne suffit pas. Sans financement des collectivités territoriales, sans publicité, l’Arlésienne a besoin de vous. Pour l’existence du journal : les dons sont essentiels. Et pour avoir de la visibilité et prévoir nos enquêtes en fonction des moyens disponibles, le don mensuel, fidèle et ancré, reste la panacée de l’Hauture, la quintessence de la Camargue, le cœur de l’artichaut.

Lettres d’infos


Appel aux dons

Catalogue