Sélectionner une page

Les Napoleons vont-ils payer pour le prêt des monuments arlésiens ?

Les Napoleons vont-ils payer pour le prêt des monuments arlésiens ?

Mauvaise presse. Les Napoleons, des « sommets » de la communication qui se déroulent à Arles et Val d’Isère, sont pointés dans un article de M, le magazine du Monde. Le concept de l’événement est qualifié par un participant de « colonies de vacances pour DRH et ­dircoms ». À l’oreille du magazine, le maire Patrick de Carolis a susurré que l’usage des monuments arlésiens pourrait ne plus être gratuit à l’avenir.

« Je préfère qu’ils viennent ici plutôt qu’ailleurs mais il ne me paraîtrait pas déraisonnable d’envisager désormais une contrepartie », réfléchit Patrick de Carolis dans un article de M, le magazine du Monde (intitulé « « Ils vivent en vase clos. Ils ne s’intéressent à personne… » À Arles et Val-d’Isère, les rencontres très fermées des Napoleons »). L’usage des moyens municipaux par les Napoleons, soit l’entreprise SAS Momentum, ne se ferait-il plus à l’avenir à titre gracieux ? À l’été 2021, la mairie a prêté les Alyscamps, le théâtre antique ou encore les arènes.

À cette affirmation de Patrick de Carolis, ledit article note la réponse des entrepreneurs de la SAS Momentum : « Mondher Abdennadher et Olivier Moulierac se braquent : « Ceci ­pourrait nous conduire à reconsidérer notre relation avec Arles », menacent-ils. L’instant d’avant, ils ne juraient pourtant que par cette ville « passionnante, symbole de l’alliance entre le patrimoine, l’histoire et la modernité », pour laquelle ils ont, assurent-ils, tant d’affection. »

Loin d’être anodine, la citation de de Carolis marque une certaine évolution du discours du maire depuis sa réponse à une question de l’opposition datant du mois de septembre 2021. À la vue des retombés, « 3 500 repas et 1 500 nuitées », Patrick de Carolis trouvait de bon ton « d’attirer et d’être attractif par des signaux de bienvenue. Je pense que c’est le rôle d’une Mairie de faire venir le maximum de gens, d’entrepreneurs et d’événements, et de mettre à disposition, parfois gracieusement, des installations. Cela se fait souvent, dans toutes les Mairies, de mettre à disposition des tréteaux, des salles, et je ne vois pas pourquoi on s’en priverait. » Toujours lors de ce conseil municipal, Patrick de Carolis prévenait en revanche que si la mairie faisait payer pour le théâtre antique  : « attention, cela risque d’être pour tout le monde », faisant référence aux associations arlésiennes de danse ou le collège Saint-Charles, des petites structures, qui organisent leur gala de fin d’année, ainsi que des festivals comme Les Rencontres, les Suds ou les Escales du Cargo qui bénéficient eux aussi de la gratuité du théâtre antique « alors qu’il nous coûte une certaine somme en termes de fluides et en termes de personnels ». Lire l’intervention en entier dans le PV du conseil municipal du 29 septembre 2021 (p. 145 – 146).

Concernant l’entreprise SAS Momentum, organisatrice des Napoleons, elle compte s’installer à Arles à l’année dans l’ancienne école Portagnel, dont la vente a été voté, mais pas encore réalisée. Le projet soulève des questionnements entre l’annonce d’un tiers-lieu et les infrastructures hôtelières qui sont inscrites dans le permis de construire, comme L’Arlésienne l’a révélé en septembre 2021.

Eric Besatti

DANS les épisodes précédents