Sélectionner une page

Piscine non déclarée d’un élu : nager en plein Souque

« Il me semble que c’est une question de justice. C’est comme quand vous construisez une piscine et que vous ne la déclarez pas, on réévalue l’assiette et d’un coup vous payez des impôts sur votre
piscine », tance autoritaire, Mandy Graillon à propos de la fin de l’exonération de taxe d’ordures ménagères pour certains ménages. La conseillère communautaire responsable de la gestion des ordures déroule sa démonstration lors du conseil communautaire ACCM du 20 septembre 2022. Sauf qu’elle ne le sait sûrement pas, mais assis à côté d’elle, Erick Souque, son collègue de la majorité arlésienne est précisément dans ce cas. D’ailleurs, l’élu baisse les yeux et n’en mène pas large.

Dans sa maison derrière le boulevard Clémenceau, le médecin de profession a construit une piscine. C’était « dans la foulée de travaux, alors on en a profité pour agrandir un bassin existant, c’était
bien avant d’être élu, bien avant 2020 », s’excuse le 13e vice-président au téléphone avec l’Arlésienne. S’il n’était pas élu à l’époque de la fraude, le citoyen Souque s’asseyait copieusement sur le droit à l’urbanisme. Sans demander l’autorisation, sans déclarer les travaux, sans payer la taxe d’aménagement relative à la piscine et la majoration de la taxe foncière relative à la taille de la piscine.

L'Arlésienne : gazette – gazette – anisette

Nos ventes sont une belle part de notre chiffre d’affaires, mais ça ne suffit pas. Sans financement des collectivités territoriales, sans publicité, l’Arlésienne a besoin de vous. Pour l’existence du journal : les dons sont essentiels. Et pour avoir de la visibilité et prévoir nos enquêtes en fonction des moyens disponibles, le don mensuel, fidèle et ancré, reste la panacée de l’Hauture, la quintessence de la Camargue, le cœur de l’artichaut.

Lettres d’infos


Appel aux dons

Catalogue