Sélectionner une page

Karim Idrissi veut garder son bleu de travail à la mairie

Karim Idrissi veut garder son bleu de travail à la mairie

A la fin de ses 21 mois de contrat aidé à la mairie, Karim Idrissi n’a pas été renouvelé. Formé et motivé, il considère être victime d’une injustice. En septembre, le nouveau maire de Carolis avait pourtant affirmé que les contrats seraient renouvelés si les évaluations étaient bonnes. Pour l’heure, le dialogue social est au point mort.

Quelque chose d’anormal se déroule aux ateliers municipaux. Rue Camille Pelletan, deux véhicules de police sont garés dans la cour. Dans un coin, cinq policiers entourent un jeune homme en bleu de travail. Portable en main pour filmer la scène, Karim Idrissi, 27 ans, montre des documents méthodiquement rangés dans des pochettes plastique. Ce vendredi matin, le dialogue social à la mairie d’Arles est teinté de bleu. Les polices municipale et nationale sont venues signifier au serrurier chaudronnier que sa place n’était plus ici. Et pour cause, son contrat de travail de 21 mois s’est arrêté il y a trois jours : le mardi 17 novembre.

Le jeune homme se faufile pour s’extirper de l’encerclement policier et lève la voix : « c’est pas normal ce qu’il se passe, et il faut pas se laisser faire », provoquant un attroupement des agents municipaux présents dans la cour. Il sort de sa pochette l’impression d’un courriel daté du 18 novembre à 9h37. Le directeur général des services techniques de la Ville d’Arles y « confirme », « comme évoqué par téléphone », « la fin de contrat à compter du 17 novembre, confirmé par la DRH ». Voilà notamment comment Karim Idrissi a été prévenu de la fin de sa collaboration de 21 mois avec la mairie d’Arles. Pour lui, ce ne sont pas des méthodes : « Je n’ai eu aucun entretien avec la direction des ressources humaines, on me dit de ne plus venir sans préavis ». Au milieu des jaunes fluo de travail, Karim harangue à la manière d’un délégué syndical et obtient l’acquiescement des plus anciens. Effectivement, pour le groupe rassemblé, « c’est pas normal ».

Un engagement du maire à rappeler
C’est encore moins normal après que Patrick de Carolis fraîchement élu, le lundi 7 septembre 2020, devant ces mêmes agents, dans ces mêmes ateliers municipaux, avait confirmé en réponse à une question que les contrats Parcours Emploi Compétence (PEC), seraient conservés à l’issue de la période « si les évaluations étaient bonnes et le casier judiciaire vierge », se rappellent les agents. Conditions auxquelles Karim croit répondre. Son extrait de casier judiciaire aujourd’hui répond : « néant ».

Du côté des contrats PEC qui se sont terminés, Karim Idrissi n’est pas le seul à ne pas avoir été reconduit. Un autre ancien contrat PEC témoigne anonymement. Il montre ses fiches d’évaluation positives à la main et témoigne d’un casier vierge. Pour cet agent, la parole n’aurait dont pas été respectée. Karim a connaissance d’un peu moins de 20 contrats PEC. Combien y-a-t-il de contrats PEC au total, combien ont été conservés ? Et selon quels critères ? La mairie n’a pas – encore ? – répondu à nos questions.

De la motivation au-delà des évaluations
Karim Idrissi, 27 ans, pensait avoir construit méthodiquement son chemin avec un Bac pro technicien en chaudronnerie industrielle, des années d’intérim à Arcelor Mittal, Jalmat puis deux ans à la mairie, à « travailler comme 5 titulaires ». A l’issue de ses 21 mois de contrat PEC, il pensait obtenir une stagiérisation, qui ouvre la voie à un CDI et enfin « décoller dans la vie, prendre un appartement et déménager de chez mes parents ».

De plus, il avait confiance dans la nouvelle équipe municipale, « j’ai voté pour eux parce que je pensais qu’ils allaient changer les choses, mettre fin à certaines pratiques ». Durant les 21 mois, Karim s’est notamment levé contre du « harcèlement » pratiqué par un agent dans un des services techniques de la mairie. Il n’était pas le premier à être victime de cet agent « qui mettait la misère aux jeunes ». Mais lui n’a pas voulu se taire et a prévenu d’abord sa hiérarchie, puis les syndicats. En présence du syndicat FSU, l’agent incriminé a reconnu des écarts de langage à l’encontre de M. Idrissi. Faire valoir ses droits : une attitude qui lui a été reprochée ensuite par ses supérieurs qui lui ont, ensuite, collé une évaluation négative. Pour assainir l’ambiance, Karim a été changé de service, l’agent en cause, lui, est resté en place. Avec le syndicat, Karim a obtenu la modification de sa mauvaise évaluation qui sonnait comme « des représailles » note le syndicat au Directeur des services techniques. Jusqu’à la fin de son contrat, Karim Idrissi est resté serein, certain que son embauche « allait se faire au mérite ». Il énumère tous les travaux pénibles qu’il n’a pas rechignés à faire, le stagiaire qui a été sous sa responsabilité, montre des preuves de sa motivation, dans une ambiance où certains « cherchent à en faire le moins possible ». Il pensait que les pratiques de gestion des ressources humaines allaient changer avec la nouvelle municipalité et « qu’une nouvelle dynamique allait se mettre en place ». Et que son attitude, au-delà de la vision de certaines personnes de sa hiérarchie, allait justifier son embauche.

Qu’en était-il de ses évaluations ? « Zéro jour de maladie, zéro jour d’accident de travail, zéro jour d’absence injustifiée. » L’observation de la dernière évaluation du supérieur hiérarchique souligne entre les lignes les graviers dans les rouages entre le jeune homme et certains responsables : « doit s’appuyer sur les consignes de sa hiérarchie pour améliorer son travail ». A la question : « Envisagez-vous reprendre cet agent l’année prochaine ? », la réponse est oui sur toutes ses fiches. Toutes ? Sauf sur la dernière, datée du 28 juillet 2020. Le supérieur hiérarchique a laissé la réponse vierge. Pourquoi ? En a t-il le droit ? La mairie n’a pas souhaité répondre à nos questions.

obtenir Un rendez-vous
Avant d’envoyer la police aux ateliers, la municipalité a répondu à Karim Idrissi dans la journée du mercredi, le lendemain de la fin de son contrat. Jean-Michel Jalabert, le premier adjoint a, par téléphone, confirmé que ses évaluations étaient mauvaises après consultation de sa hiérarchie. Pour Karim, le sentiment d’injustice est grand. « Où sont les fiches d’évaluation, quel chef a été consulté ? Qui peut dire que je travaille mal et que je ne suis pas motivé ? Qu’est ce qu’on me reproche ? », questionne le jeune homme. Ce soir là, il fait le pied de grue pour rencontrer le maire, ce même homme avec lequel il avait « longuement échangé pendant la campagne sur l’état des services municipaux et sur les choses à améliorer ». A défaut de Patrick de Carolis, c’est Mandy Graillon, deuxième adjointe, déléguée à la sécurité qui descend à sa rencontre. « J’ai consulté vos supérieurs hiérarchiques, vos évaluations sont mauvaises, la nouvelle municipalité ne souhaite pas prolonger votre contrat », tranche-t-elle. Mais Karim Idrissi ne s’en laisse pas conter et apporte la contradiction, feuille d’évaluation à l’appui, tout en filmant la scène. Ce qui ne plaît visiblement pas à l’élue. Le ton monte rapidement. L’adjointe à la sécurité sort de ses gonds et montre la porte à renfort de grands gestes. Des éclats de voix jaillissent : « sortez de la mairie », « j’appelle la police ». Malgré le bruit, le hall de la mairie est la scène d’un dialogue de sourds.

Aujourd’hui, Karim Idrissi oscille entre espoir et amertume. « Dans cette mairie, des décisions sont prises on ne sait pas comment ». Relancées une ultime fois avant la publication de l’article, les relations presse de la ville confirment le positionnement de la municipalité, mais aucun élu ne souhaite expliquer la situation à l’Arlésienne.

Retour aux ateliers municipaux, le vendredi 20. Peu avant midi les policiers repartent comme ils sont venus, laissant Karim Idrissi sur place. En partant, un officier de la police nationale lui glisse avec sympathie : « tu devrais faire syndicaliste ». Puis dans l’après-midi, un huissier vient apporter une lettre au jeune homme. Elle est signée de Paule Birot-Valon, adjointe au personnel municipal et datée du 13 novembre. « Votre contrat PEC arrive à expiration le 17 novembre 2020, je vous informe qu’il ne sera pas donné de suite à son échéance », conclut laconiquement la missive. Déterminé, le jeune homme fait actuellement le tour des syndicats, la FSU, la CGT et FO, pour expliquer son cas. Avec une certaine détermination : « je me bats pour travailler », plaide-t-il. Pour l’heure, il n’a toujours pas eu d’entretien posé, dans un bureau, avec un élu de la ville de manière à expliquer son cas. « Un rendez-vous avec le maire », espère-t-il.

Eric Besatti

 

Edition 27 novembre 2020
Sur les réseaux sociaux, précisément la page facebook de l’Arlésienne, Silvie Ariès chargée des relations presses de la ville d’Arles a réagit à notre article en souhaitant apporter une précision.

Selon elle, Karim Idrissi aurait été « reçu lundi 16 novembre, a sa demande, par le premier adjoint en présence du secrétaire général FSU pendant trente minutes. Son contrat n’avait pas encore expiré ».

« C’est faux », tranche Abdelkader Bouaziz, secrétaire général FSU des territoriaux d’Arles. « Nous sommes restés debout et à peine quelques instants dans son bureau. Il a simplement dit qu’il allait regarder le sujet ».

Comme inscrit dans notre article, le premier adjoint a, le mercredi suivant, eu au téléphone Karim Idrissi pour lui expliquer les raisons de sa non reconduction : ses mauvaises évaluations. Depuis le départ, Karim Idrissi demande d’où viennent ces mauvaises évaluations.

Malgré nos sollicitations répétées, aucun élu n’a souhaité répondre à nos questions.