Sélectionner une page

Les travaux prévus en « cœur de ville »

Les travaux prévus en « cœur de ville »

C’est une véritable bible de la transformation future de la Ville qui se trouve en annexe de la délibération n°2 du conseil municipal du 22 avril. Il concerne la convention Action cœur de ville. Des projets déjà lancés lors du précédent mandat, des mises à jour et des nouvelles idées apparaissent avec l’arrivée de la nouvelle majorité municipale.

« La Ville d’Arles, soutenue par la Communauté d’Agglomération Arles Crau Camargue Montagnette, a été retenue parmi les 222 villes lauréates du dispositif Action Cœur de Ville », détaille la délibération p.6 du dossier du conseil municipal du 22 avril 2021. Cœur de ville est un financement de l’État pour que les centre-ville des villes moyennes restent en vie. Lors de ce prochain conseil, la municipalité votera une mise à jour du dispositif. En filigrane, les prochaines transformations urbanistiques de la ville même si il sera difficile pour la municipalité de réaliser toutes les intentions contenus dans ce document.

En annexe, un document de 128 pages est une mine d’informations pour connaître les projets à mettre en œuvre par la municipalité. Par exemple, on commence à avoir des éléments sur le devenir du collège Frédéric Mistral alors que la mairie est restée mystérieuse pour l’instant. Si les projets ci dessous sont programmés, il faut encore aller chercher l’argent, et notamment la part que la mairie aux côtés des autres financeurs (Etat, Région, Département…) devra investir.

La place Antonelle à l’entrée de la Roquette ? Piétonnisée ! La place Henri de Bornier entre les Arènes et le Théâtre antique, devant le collège Saint-Charles ? Végétalisée et nettoyée des voitures ! Et il y en a plein d’autres comme ça. Place Nina Berberova devant ACtes Sud, pareil !

Sur l’esplanade Charles de Gaulle, on pourrait voir apparaître une fontaine ou la mise en surface du canal de Craponne.

Porte de la cavalerie, l’entrée de la ville par le Nord devrait laisser plus de place aux piétons et moins à la voiture.

Dans l’ancienne école de la photo, avec en partenaire l’Université de Provence, la CCI et des « écoles de commerce », il s’agit de faire perdurer la destination éducative de l’Hôtel Quiqueran de Beaujeu. Des travaux à hauteur de 297 333 € HT sont prévus, dont 20% à la charge de la Ville.

Alors, on ne sait plus où en est sur la question du cinéma. Le permis de Jean-Paul Capitani (Actes Sud) a été accepté pour un cinéma de 500 places, mais on ne voit pas les travaux commencer. En tout cas, la ville lance une étude de faisabilité pour un cinéma multiplex situé en centre-ville pour environ 40 000 €. Les financements restent à déterminer.

Une étude sur les halles commerciales est à l’étude pour « accompagner le développement de centralités gourmandes et festives ». A lire page 92.

L’enveloppe Fisac (Fonds d’Intervention pour les Services, l’Artisanat et le Commerce) est de 739 486 € pour la période 2020-2022. Ce sont des aides directes, mais la liste des entreprises aidées par le Fisac n’est pas fournie, ce sont des fonds publics, alors on a demandé la liste à la mairie.

Les métiers d’art dans un « lieu totem » ? C’est en tout cas la réflexion qui se joue avec une option à confirmer pour l’école Léon Blum. Avec les halles ?

Les anciennes « nouvelles galeries » ont bénéficié d’une étude. Parmi les objectifs listés page 100 : « Remise sur le marché d’espaces commerciaux avec des enseignes moyenne / haute gamme de façon à jouer un rôle de locomotive sur le Centre Ancien » ou encore « Assurer la transition entre la Cité et la Roquette, en couplant la rénovation du bâti avec la réfection de la Place Antonelle ».

Sur le papier, ça devait être une bonne idée… L’application Shop’in Arles a coûté 51 713 € dont 9 025 € sortis des caisses de la Ville. Si vous connaissez quelqu’un qui s’en sert fréquemment, on cherche désespérément des témoignages… (courriel à redaction@larlesienne.info)

Des voies vertes sur les anciennes voies ferrées, c’est le projet !

La requalification du boulevard Stalingrad pourrait se faire en remplaçant les feux rouges par des ronds points aux intersections, il pourrait y avoir une voie centrale pour les bus… 2021, c’est l’année des études théoriquement, lire page 109.

L’ancien collège Frédéric Mistral, qui abrite aujourd’hui de nombreuses associations, le Musée de la Résistance et l’accueil de jour du CCAS, devrait s’agrandir avec un nouveau bâtiment dédié à un « pôle multigénérationnel ». Et, ça c’est nouveau par rapport aux projets Cœur de ville de l’ancienne mandature. Réalisation d’espaces à destination de professionnels de santé (médecins généralistes, infirmiers, accueil de jour du CCAS …) en RDC / Maintien de locaux pour les associations / Réhabilitation de l’ancienne chapelle en vue de la création d’une salle de conférence et/ou d’une salle du Conseil Municipal / Construction de logements multigénérationnels à l’intérieur de l’îlot (en rouge sur le plan) / Création d’un local commercial (restaurant / café) permettant une animation du lieu.

Le fameux plan fontaine tant annoncé est dans les tuyaux. En 2021, des études techniques préalables devraient avoir lieur avec un financement de la mairie et du Département (70%).

Voila quelques éléments, mais n’hésitez pas à faire défiler le pdf, ça passe crème comme un tacos.