Sélectionner une page

Notes pour le conseil municipal du 11 mars 2021

Notes pour le conseil municipal du 11 mars 2021

Conseil municipal : Ville d’Arles
11 mars 2021 à 17h
Salle des fêtes, boulevard des Lices
Fermé au public et même à Hervé Schiavetti. Retransmis en direct sur ville-arles.fr

Règle : chaque numéro renvoie au numéro présent dans le dossier du conseil municipal ci-dessous. Astuce : ouvrez-le document pdf en parallèle de votre lecture.

Document source :2021.03.11 Dossier du Conseil Municipal – Arles

 

N°38 : Les frais engagés, maintenant c’est en fin de séance !

Jusqu’à maintenant, le compte rendu de gestion, document qui résume les frais engagés par la Ville, était présenté au tout début du conseil municipal. L’occasion pour l’opposition, de poser des questions sur la gestion de la ville. L’exemple le plus connu ? C’est la ligne de 12 500 € qui a permis de demander des explications sur l’appel à Overneed consulting pour les festivités de Noël, une entreprise d’un ancien collègue de Mandy Graillon (lire Les réponses toujours floues sur le drôle de consultant de noël et Compte rendu sportif du conseil municipal du 28 janvier). Le compte rendu permet aussi d’évoquer des sujets divers comme l’appel à des cabinets d’avocat pour telle ou telle affaire qui implique la ville. Bref, soulever des questions qui permettaient de lever des zones d’ombres sur l’usage des deniers publics.

Désormais, ce temps démocratique de discussion et d’explication sera relégué à la toute fin du conseil municipal, quand tout le monde en a marre. Il faudra du courage aux téléspectateurs pour suivre jusqu’au bout. Et aux élus pour rester concentrés, même après des heures de débat alors que l’appel de la soupe est grand. Nous, c’était nos moments préférés. Alors par tradition, dans nos notes, on continuera à les présenter en premier. Voilà !

Dans ce compte rendu de gestion, on apprend que le véhicule du maire coûte 1500 € par mois, que l’entreprise Onet de Salon-de-Provence a été mobilisé à hauteur de 6593 € pour l’entretien de la chambre funéraire de la ville et plein de petites choses…

Futurs aménagements place de la Croisière ?
Ah intéressant, la Ville a utilisé son droit de préemption pour acheter 125 000 € un « immeuble situé place de la Croisière cadastré section 21 de 125 m² », derrière les terrains de boules, les locaux des boulistes et la maison du Vélo de l’association Convibicy.

On sait depuis 2019 que la fondation Luma a travaillé des plans pour le schéma directeur de quartier. Des plans qui n’ont pas été présentés au public mis à part à l’association des riverains des Alyscamps dont le président de l’époque était Frédéric Mison, l’actuel directeur de cabinet de Patrick de Carolis. Est-il possible de consulter ces plans et ce schéma directeur de quartier ? Que va-t-il se passer avec ce bâtiment ? Son achat fait-il partie d’un plan ? Si oui, lequel ? A quelle échéance ? Nous avons lancé la demande à la mairie…

Pour l’anecdote, la rédaction de l’Arlésienne attend depuis le 1er février la transmission de l’arrêté de nomination de Frédéric Mison à son poste de directeur de cabinet. Un document que la mairie doit légalement transmettre à toute personne qui en fait la demande selon le Code des relations entre le public et l’administration. On attend toujours…

Un « immeuble situé place de la Croisière cadastré section 21 de 125 m² », cite la délibération. On mise sur la faute de frappe pour dire qu’en fait, c’est la section 121 qui est concernée. Y’a pas de section 21 place de la croisière. Capture d’écran Geoportail.

Les marchés de l’année 2020
Dans ce compte rendu de gestion, il y a un résumé de la totalité des 31 marchés notifiés en 2020. On peut feuilleter et noter que les deux plus gros de l’année sont relatifs à la vidéoprotection avec « l’extension du système » pour 2 M€ et l' »extension et maintenance du système » pour 1,6 M€. Des marchés passés en mars 2020, lors de l’ancienne mandature. Avec l’ambition de la nouvelle majorité de mettre le paquet sur la vidéoprotection, la mairie alourdira encore la facture les prochaines années. L’investissement déjà voté dans la vidéo-verbalisation permettra peut-être de faire rentrer des nouvelles recettes. Qui sait ?
Dans le document, il y aussi le prix des différents audits commandés par la nouvelle municipalité (RH, finance et patrimoine) : 40 000, 46 100 et 49 720 €. Voila, rien de nouveau ni de surprenant.

N°2 à 21 : Vote du budget et délibération budgétaire

Lors du dernier conseil municipal, les grands axes du budget avait été données avec les fameuses « exigences » lors de la présentation du rapport d’orientation budgétaire. Notamment l’exclusion de l’augmentation des impôts locaux pour financer les investissements. Là, il va s’agir de voter le budget. Gros morceau en perspective.

N°24 :  modification de la taxe de séjour
Les nouveaux tarifs vont de 0,20 € pour une place sur un terrain de camping à 4,20 € pour la catégorie palace (4,10 l’année dernière). Même Airbnb paie cette taxe qui revient à la Ville. Mais à quel niveau ? Dans quelle classe d’hébergement sont comptés les Airbnb ? « Meublé de tourisme 1 étoile » ou deux ou trois étoiles ? Pour les logements non classés, à Arles, c’est 5% du prix de la nuitée que ponctionne la Ville à la plateforme, le taux maximum.

N°26 : Patoche fait les poches à Martine
« Le Contrat 2018/2019 venant de s’achever, la Ville souhaite proposer au conseil départemental un nouveau partenariat pour la période 2021/2023, pour la réalisation d’un programme pluriannuel d’investissement d’un volume de 24 805 116€ HT de travaux, en sollicitant un taux de participation de 65% (contre 50% au titre du précédent contrat) ». Bien joué Patrick, belle performance pour le contrat 2021-2023, les Arlésiens sont reconnaissants. Puis vive Martine Vassal aussi (présidente du département) et vivement les prochaines élections !

Dans les projets subventionnables, il y notamment 320 000 € pour l’école Amédée Pichot, 297 400 € pour l’aménagement de l’ancienne école de la photo, 600 000 € pour l’antenne universitaire de l’espace Van Gogh ou un projet de parking à l’ancienne caserne des pompiers.

N°27 : Encore des caméras
La dernière demande avait donné lieu à des explications et prises de positions lors du conseil municipal du 31 juillet 2020 (à partir de 28’40). Là l’extension du réseau de vidéoprotection pour 2021 va concerner 12 nouveaux lieux pour 223 915 € HT financé à 40% par l’État sur le fonds interministériel de prévention de la délinquance, 20% par le Département et 40 % par la Ville.

Dans les prochains lieux, notons notamment l’implantation de caméras autour de la tour Luma.

N°28 : Et des équipements pour la police

Gilets pare-balles, caméras piétons, radio… pour 142 263 € dont 42 855 € payés par la Ville et 14 050 par le fonds de l’Etat de la prévention de la délinquance.

On a toujours pas vu l’ombre d’une délibération qui parle d’une augmentation d’éducateurs spécialisés de prévention, les fameux éducateurs de rue.
En campagne, Patrick de Carolis avait annoncé d’élargir la vidéo, mais nous avait annoncé l’« embauche d’autant d’éducateur que nécessaires ». Et il en manque selon les acteurs de terrain (lire l’Arlésienne n°9). Deux poids deux mesures. Deux promesses, deux ordres de priorité. Allez Patoche, courage, on compte sur toi.

N°29 : Soutien de l’état pour des investissements

Dans les demandes de soutien adressé à l’État, on retrouve le Toropôle que la Région a promis de financer à 50% ou encore la sécurisation de l’Hôtel de ville pour une facture totale de 31 115 €.

Après, vous le savez, tout peut se passer dans un conseil municipal, c’est du direct avec tous ses imprévus…