Sélectionner une page

Les réponses toujours floues sur le drôle de consultant de noël

Les réponses toujours floues sur le drôle de consultant de noël

Un ancien collègue de Mandy Graillon, la deuxième adjointe, est derrière Overneed consulting, entreprise payée pour concevoir les festivités de Noël nouvelle version. La société de Ludovic Arnault essaye de se faire la plus discrète possible.

Lors du conseil municipal du 18 décembre 2020, le compte-rendu de gestion avait fait apparaître une facture de 12 500 € HT pour la « conception et réalisation programme noël ». C’est Overneed consulting, une entreprise niçoise appartenant à Ludovic Arnault qui avait été choisie par la municipalité. Lors du conseil municipal du 18 décembre 2020, Nicolas Koukas, conseiller municipal d’opposition avait demandé d’être informé sur la société et le travail effectué par une société qui n’a « ni site internet, ni adresse mail de contact ». « Vous allez avoir la possibilité de connaître dans le détail puisque nous allons vous faire parvenir exactement les documents que nous avons en notre possession », rassurait le maire Patrick de Carolis en pleine séance. « Malheureusement, quand vous demandez à quelqu’un de réfléchir à une programmation de Noël et que cette programmation est contre-carrée par une pandémie, c’est extrêmement difficile après de justifier les 12 000 et quelque euros », avertissait le premier magistrat tout en enfonçant le clou : « Sachez que le travail a été fait. Et on vous donnera le détail, vous aurez même peut-être l’occasion de savoir aussi ce que nous préparons aussi pour l’année prochaine. Parce que ça nous servira pour l’année prochaine« .

Conseil municipal 18-12-20 from Ville d’Arles on Vimeo.

La réponse de la mairie
Après la déclaration du maire et la transmission des « détails », l’opposition s’attendait à recevoir un dossier de présentation d’un programme détaillé, autour de la « lumière » et qui participerait à l’attractivité de la ville comme l’avait expliqué le maire pour justifier la fin de Drôle de Noël, le festival de spectacle vivant qui était produit en interne par le service culture de la mairie.

En guide de réponse, la mairie envoie un document dans lequel elle se contente de lister les missions du prestataire : « Concevoir la programmation, rédiger les cahiers des charges nécessaires, assister à la passation des consultations, assurer la coordination technique et programmatique, assurer la coordination juridique, participer à des réunions régulières », en ajoutant que « le prestataire a rempli pleinement sa mission ».

Pour une réponse avec « le détail de ce que nous préparons l’année prochaine », comme le promettait Patrick de Carolis, c’est un peu court.

Concernant la discrétion de la société sur internet, dans sa réponse, la mairie s’appuie sur les « 4 des 5 premières occurrences de Google affichées avec le nom de la société renvoient effectivement à celle-ci ». Nous avons fait le test en lançant une fenêtre de navigation privée (qui n’oriente pas la recherche en fonction de l’historique de navigation, ndlr). Notre recherche nous donne trois occurrences sur les cinq premières et renvoie vers un annuaire d’entreprise avec la mention « Conseil en relations publiques et communication ».  Et la mairie de joindre à sa réponse la définition de consultant en relations publiques : un copier/coller du site orientation-pour-tous.fr

Concernant l’existence de cette société, la mairie affirme que « le prestataire a fourni aux services de la Ville les pièces habituellement exigées dans ce cadre ». Mais, parce qu’il y a un mais, « cette société a exercé son droit d’opposition auprès de l’INSEE. Ses données ne peuvent pas être publiées publiquement ». Sauf que le droit d’opposition de l’entreprise niçoise a été visiblement réalisé après le conseil municipal arlésien du 18 décembre 2020. Nous avons pu consulter la fiche de l’entreprise INSEE sans problème avant le conseil, impossible après. Et qu’apprend t-on à sa lecture ? L’activité principale d’Overneed consulting est : « activité de soutien à l’enseignement », pas vraiment du conseil en communication ni expert en lumières de Noël.

Un réseau qui sent l’Graillon
Alors comment la mairie a-t-elle trouvé la société Overneed Consulting ? Son gérant, Ludovic Arnault était chef, puis directeur de cabinet adjoint de la Région Paca entre janvier 2016 et septembre 2018 nous apprend son CV Linkedin. Un cabinet de collectivité dans lequel exerçait une certaine Mandy Graillon, elle aussi recrutée en janvier 2016 comme collaboratrice de cabinet, puis promue directrice de cabinet adjointe à partir de septembre 2018, date à laquelle Ludovic Arnault partait pour le Groupement d’intérêt public du Grand Prix de France au Castellet, dont la Région est un des principaux financeurs. Aujourd’hui, il y occupe le poste de directeur de l’expérience spectateur.

Ludovic Arnault et Mandy Graillon, aujourd’hui deuxième adjointe de la Ville d’Arles, sont d’anciens collègues au cabinet de la Région Paca. Un moyen certainement plus direct qu’une recherche google pour trouver le nom et les compétences de l’entreprise Overneed consulting. Dans le CV de Ludovic Arnault, on peut voir aussi Directeur de la communication et de l’événementiel de la Ville de Nice auprès de Christian Estrosi.

En résumé, un ancien collègue de Mandy Graillon a été payé pour une mission de consulting à 12 500 € HT pour le programme des festivités de Noël. C’est pas un crime, mais comme promis, Patrick de Carolis pourrait montrer le travail réalisé par ce cador de l’événementiel. Parce qu’effectivement, plus de dix milles euros, « ce n’est pas rien », avaient convenu Nicolas Koukas et Patrick de Carolis lors du conseil municipal. Lors du précédent mandat, la mairie d’Arles ne faisait pas appel à des cabinets extérieurs pour ses festivités, mais faisait marcher la matière grise de ses services avec des agents qu’elle paye déjà. Montrer le travail réalisé pour rassurer les concitoyens. Parce qu’ « Over need », mot pour mot, ça veut dire « au delà des besoins ».

 Eric Besatti


Les réponses un peu plus détaillées lors du conseil municipal du 28 janvier

Mise à jour : Les réponses de Patrick de Carolis sur le travail de Overneed consulting de Ludovic Arnault, du maire lors du conseil municipal du 28 janvier 2021.

Conseil municipal jeudi 28 janvier 2021 from Ville d’Arles on Vimeo.

17h29 – Noël et frais. Jean-Frédéric Déjean élu d’opposition communiste, profite de la notification des marchés pour les décorations de Noël pour lancer une attaque frontale. « C’est en toute conscience que vous avez voulu externaliser une tâche pour la confier à un prestataire privé ce qui nous coûte beaucoup plus cher. Je vais rappeler ce que nous ont coûté ces illuminations : 114 000 € et 12 500 € pour la conception du programme, là encore que nous réalisions en interne. »

17h30 – Complément d’enquête sur Overneed consulting, l’entrprise de l’ancien collègue de Mandy GrailloN, choisi pour les fêtes de noël
L’entreprise Overneed consulting de Ludovic Arnault, ancien collègue de Mandy Graillon au cabinet de la Région, avait été choisie pourn réaliser la ‘‘conception et réalisation programme noël’’ contre 12 500 €. « Lors du précédent conseil municipal nous vous avons interpellé et vous vous étiez engagés à nous transmettre des informations quant au travail fourni par l’entreprise, rappelle Jean-Frédéric Déjean. Une réponse écrite nous a été adressée mais celle-ci est dépourvue d’éléments décrivant les missions qui ont été réalisées. En l’absence d’éléments probants, nous allons croire qu’il y a un loup quelque part. »

« Il n’y a pas de loup », répond le maire. « Je vais vous donner quelques informations, puisque le document transmis n’a pas été suffisant, semble-t-il, à vos yeux ». Alors Patrick de Carolis promet « de répondre techniquement et comme ça on aura je pense évacué ce sujet ». S’ensuit une justification du pourquoi Ludovic Arnault, ancien directeur de la communication et des événements de Nice, ancien attaché parlementaire de Christian Estrosi (LR) et directeur adjoint du cabinet de la Région Paca est adapté aux besoins de la Ville d’Arles. « Il nous fallait trouver une entreprise qui connaisse à la fois ce qu’était le monde des illuminations de Noël, ce qu’étaient les collectivités et surtout, surtout, ce qu’étaient les marchés publics et ça a été le profil donné et indiqué pour le choix de notre Assistant à maîtrise d’ouvrage (AMO) », l’ouvrage étant ‘‘la conception et réalisation programme Noël’’. Patrick de Carolis reprend le contexte, il fallait préparer des festivités de Noël pour « animer la ville tout le mois de décembre », le tout en un temps record : « en seulement deux mois de préparation, c’est à dire à l’arrache comme on dit ».

Au niveau des tâches réalisées par Ludovic Arnault, Patrick de Carolis liste : construction du programme de Noël, consultation des entreprises, réunions avec les services de la ville, « il était présent d’ailleurs, une à deux fois par semaine dans les bureaux de notre ville », rédaction des marchés publics « d’ailleurs parfois terminée tard dans la nuit, je peux en attester », appuie le maire. Il en profite pour remercier le service des marchés public pour son travail. Mais bon, un service en lequel il n’a pas assez confiance pour rédiger des appels d’offres pour des lumières, une patinoire et un chalet du père Nöel (les derniers lots n’ont pas été attribué à cause des conditions sanitaires). « L’AMO a réalisé l’ensemble des visites techniques avec les différents candidats et a aussi apporté des réponses à leurs différentes questions. »

estimé à 200 heures de travail
Pour justifier le prix, Patrick sort la calculette. « Le temps de travail pour l’ensemble des tâches était de 200 heures ». Et selon les recherches internet que cite le maire, « une heure de travail pour AMO en rédaction d’appels d’offres peut aller entre 80 et 160 euros de l’heure. » Pour Ludovic Arnault, « cela revient à un coup horaire de 60 euros, bien en dessous de la fourchette classique que je vous ai indiqué ». Sauf que les 200 heures n’ont pas servi uniquement à rédiger des appels d’offres. Quel taux horaire pour la visite de terrain ? Quel taux horaire pour participer à une réunion ?

our montrer sa bonne foi, le maire indique le numéro Siren de l’entreprise : 514 726 579 00014, et invite les élus à aller vérifier par eux-mêmes. Si il n’est pas répertorié comme les autres entreprises au Registre du commerce et des sociétés ? « Cette entreprise a la forme juridique d’une auto-entreprise et elle n’est pas inscrite au RCS ». Le maire continue sa revue de presse et fait écho à notre article ‘‘Les réponses toujours floues sur drôle de consultant de Noël’’, publié la vieille. « Je pense que les journalistes qui se sont penchés sur ce sujet auraient d’ailleurs pu simplement contacter le dirigeant de cette entreprise qui aurait pu tout leur expliquer dans le détail. Ils n’ont pas pris la peine de l’interroger. » Du coup, merci pour les éléments de réponse, merci pour le Siren, même si l’avait déjà, maintenant, on prendrait bien le 06.

Pour conclure les débats sur la gestion de Noël, un Patrick de Carolis théâtral, sortant son mouchoir à l’adresse de son jeune opposant : « Alors vous avez évoqué Drôles de Noël, je sais que c’est votre cheval de bataille, ce n’est pas le mien », raille-t-il à destination de Jean-Frédéric Déjean. Puis il marque une pause, porte le linge à son nez, et sans se décaler du micro, donne un coup de trompette nasale. « Le mien c’est de satisfaire les Arlésiens tout au long du mois de décembre ! » Ne manquent que les applaudissements.

Avant de quitter le sujet, Patrick de Carolis précise. Pour Noël 2020, la Ville a dépensé 138k€, 115 pour le marché Blachere/Citeos/Testoni des lumières, 12,5k€ pour le consulting et 10k€ pour des décorations supplémentaires. Soit 71 k€ de moins que l’année dernière avec Drôles de Noël. Des spectacles et aussi des salaires en moins.

17h44 – le consultant en chair et en os Sylvie Petetin, adjointe aux finances, s’en mêle et fait remarquer à Jean-Frédéric Déjean qu’il a eu Ludovic Arnault en face de lui lors d’une commission d’appels d’offres.

17h45 – le travail dévoilé en 2021 « Ma question c’était : quelle programmation ? C’est pas de commenter un article de presse, c’était concrètement sur la programmation », répond Jean-Frédéric Déjean. Et oui, il se souvient de sa rencontre avec Ludovic Arnault. « Il nous a dit qu’il avait été engagé depuis le mois de juillet, c’était ce qu’il nous a dit en réunion ». Pourtant, la décision du maire portée au contrôle de légalité indique un contrat qui a débuté le 19 octobre pour finir le 31 décembre 2020.

Patrick de Carolis siffle la fin de la discussion : « maintenant M. Déjean, j’estime que vous êtes au courant de tout, informé de tout et que je vous ai apporté un maximum de réponse ». « Non, pas de tout. Sur la programmation, si je peux avoir des éléments, c’est ce qui m’intéresse », renchérit le communiste. « Vous aurez les élements de la programmation au moment venu pour le nouveau Noël 2021 et vous serez surpris ! », finit le maire.

17h44 – transparence et concurrence ?
Mais c’était sans compter sur la carte verte de l’opposition. Cyril Girard, posé, coudes en équerre à sa table, prend la parole et tente de recentrer le débat sur les conditions d’attribution du marché à Overneed consulting. « Je rappelle les trois fondamentaux des marchés publics : la liberté d’accés à la commande publique, l’égalité de traitement des candidats et la transparence. » L’élu issu du groupe Changeons d’avenir s’interroge sur « l’effort tout particulier » réalisé par la collectivité « pour travailler avec cette entreprise ». En dessous de 40 000 €, il n’est pas obligé de procéder à une mise en concurrence, mais « il existe une pratique courante, c’est de faire 3 devis comparatifs, cet usage a-t-il été suivi ? » et « Comment assurer l’égalité de traitement entre différents candidats quand certains sont d’anciens collaborateurs d’élus actuels ? », questionne t-il à destination de Mandy Graillon.

De Carolis est lassé « Monsieur Girard, sur ce sujet j’ai dit ce que j’avais à dire, on va passer à d’autres questions si vous le voulez bien ». A l’année prochaine ?